D’origine franco-béninoise, Leslie Amine crée des compositions originales à l’encre et à l’acrylique au cœur desquelles elle évoque les questions du métissage, d’hybridité et d’identité. Elle capture des moments de vie, des personnages qui l’interpellent au gré de ses voyages. Se mêlent alors sur ses toiles colorées une végétation luxuriante, une ville en mouvement, des individus atypiques… Le plus saisissant dans son travail est assurément son jeu sur les transparences qui crée un monde entre rêve et réalités, où toutes les sensations ont leur place.

 

« Ces tableaux sont des récits sans récit. Le lieu est incertain, l’action inconnue, les dialogues muets. La peinture est l’art du silence. Une sorte d’énigme se dégage des compositions et le regardeur est tenté d’agir en détective de ces univers secrets. Pourtant des échos d’impressions dont la source demeure hors du cadre se donnent à voir en ces œuvres.

Cet hors cadre sont les multiples expériences et mémoires de Leslie Amine, lesquelles viennent se recomposer sur la toile. Mémoires de pays, de voyages, d’instants, d’images, de peintures, un ensemble de choses vues, ressenties, traversées et choisies. Il s’agit d’un flux de couleurs et de formes, d’une circulation fluide où se voit entre réalité et virtualité la mobilité morcelée du monde d’aujourd’hui au travers d’une vision, celle d’un artiste, Leslie Amine. »

 

Marc DESGRANDCHAMPS, Douceur électrique, 2017