Dans la photographie argentique, l’empreinte laissée par la lumière d’un sujet sur une surface sensible implique la notion de “réaction chimique”, qui se fait entre des composants photosensibles et la lumière, ce qui permet un champs d’exploration d’ordre expérimental et sensoriel. Le travail de ce procédé met en avant l’importance de la matérialité de l’image, sa composition et son processus de transformation. Dans ce processus, la lenteur, l’imprévu et la notion de rituel sont des paramètres très importants, qui laissent place à l’ailleurs. C’est souvent à partir d’images mentales que je compose mes photographies. La double exposition, souvent utilisée dans mon travail, me permet d’entremêler des éléments de réalités à travers mon ressenti qui se dissolvent les un dans les autres, utilisant des rapports de lumière. Chaque expérience reste ancrée dans le moment, incertaine du résultat final mais guidée par le processus. " 

 

Houda KABBAJ